Bernard Delhalle

Bernard Delhalle

Soyons clair, Bernard Delhalle est un grand malade.
Triplement contaminé par des virus dont aucun traitement n'a pu venir à bout.
La passion de la photo, celle de l'audiovisuel, et celle de la musique.
Certains prétendent que c'est lors d'une visite à la MJC de son quartier d'Hellemmes, où il vit le jour en 1955, qu'une araignée photo-active (ou un caillou venu de l'espace) lui aurait révélé sa mission sur terre : faire de belles images et apprendre aux autres à en faire. Mais avant maître Jedi de devenir, des années lumière il lui faudra à l'ombre passer de quelques Maîtres Ioda.
Des Ioda réalisateurs (Yves Boisset ou Rémy Grumbach), des Ioda directeurs de la photographie (Maurice Fellous, chef opérateur attitré de Georges Lautner) et même des Ioda journalistes reporters d'image (Jean-Michel Destang, Prix Albert Londres, ou le regretté Gilles Jacquier).
Un apprentissage long mais plutôt plaisant, puisqu'il le suit de 1979 à 2000 sur la planète France 3.
Son nom apparaît alors en tant qu'assistant opérateur ou chef éclairagiste sur des centaines de génériques de fictions (Dr Sylvestre) ou de magazines (C'est pas sorcier, Stars 80, Les Jeux de 20 Heures, Thalassa, Faut pas rêver, L'école des fans...).
Primé au Festival de Biarritz pour la lumière sur des films d'entreprise du groupe Accord, Portraits avec Rémy Grumbach de Claude Lelouch, Jean Marais, Brigitte Fossey, reportage de Voyages officiels F Mitterrand et Jacques Chirac.

Mais en 2000, la télévision bascule résolument du côté obscur de la force, sous les assauts conjugués de flots d'ados lofteurs et d'armées de technocrates adeptes du « mal fait mais pas cher ».
Hermétique à leurs discours, insensible à leurs charmes, et surtout allergique aux fabrications à la chaîne,
Bernard préfère jouer sa propre carte, celle de l'artisanat. Photographe indépendant, il applique au quotidien les règles qui lui ont été enseignées par ses Ioda : amour du travail bien fait, maîtrise et respect des règles de l'art, patience et humilité, mais aussi transmission de ces valeurs aux plus jeunes.
Ce qu'il s'efforce de faire en tant qu'intervenant à l’École Supérieure de Journalisme de Lille (ESJ), l'Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) de la rue Blanche à Paris, l'Institut national supérieur des arts du spectacle (INSAS) de Bruxelles, l'Institut Saint-Luc de Tournai, Maître de stage pour la section Bac Pro Photo du Lycée Jean Rostand de Roubaix et du Lycée Louise de Bettignies à Cambrais, mais aussi à travers ces stages ouverts à tous, dont il a soigneusement établi le contenu, et qu'il vous propose aujourd'hui.

  • 3,339 Affection
  • 53,450 Photo Views
  • 191 Followers
  • 45 Following
  • Lille, Nord, France